image pour impression
Lundi 19 Novembre 2018

Mot clé peu utilisé :
médiathèque

Mot clé moyennement utilisé :
déchet

Mot clé souvent utilisé :
maison

Mot clé :
deuxième

Mot clé souvent utilisé :
patrimoine

Mot clé souvent utilisé :
actu

Mot clé peu utilisé :
permanence

Mot clé :
garderie

Mot clé très utilisé :
marché public

Mot clé :
terroir

Mot clé souvent utilisé :
plan

Mot clé peu utilisé :
mediatheque

Mot clé :
calendrier

Mot clé moyennement utilisé :
truch

Mot clé moyennement utilisé :
déchetterie

Mot clé :
commissions

Mot clé très utilisé :
m

Mot clé :
vacances

Mot clé peu utilisé :
manifestation

Mot clé moyennement utilisé :
déchets

Mot clé :
population

Mot clé moyennement utilisé :
mairie

Mot clé :
alsh

Mot clé peu utilisé :
ferme

Mot clé :
seniors
Neugartheim-Ittlenheim / Nejerde-Ettle

Les armes de Neugartheim-Ittlenheim se blasonnent
" D'azur à la bande d'or, accompagnée de six coquilles du même ordonnées en orle".

 

Sur le plan administratif, il est intéressant de signaler que la fusion des communes de Neugartheim et d'Ittlenheim est intervenue en 1973. De cette fusion est née une nouvelle mairie, école, salle des fêtes qui se trouve à proximité d'un parc de loisirs, crée entre les deux localités.  

 

Neugartheim


Au fil des époques…
En général, l'origine des noms des localités alsaciennes n'est pas facile à déterminer. Il faut se méfier des explications trop faciles, comme c'est la cas pour Neugartheim que certains traduisent par le village où il y a un nouveau jardin. En effet, le nom de ce village, cité sous la forme Nugaretum, signifie plantation de noyers.

Le village est situé au pied de la colline du Kochersberg qui culmine à 301 mètres. Ce sommet, le plus élevé entre les cours de la Souffel et de la Zorn, domine directement l'une des deux grandes routes reliant Strasbourg à Saverne.

Le terme "Kochers" signifiait en langue celtique la colline. Quelques siècles plus tard, les Alamans, ignorant cette signification, y ont ajouté le mot "berg" qui désigne aussi une hauteur (colline ou montagne). Un pléonasme!
Cette colline a joué un rôle prépondérant dans l'histoire de la localité. Sans doute des Romains avaient-ils déjà installé un poste d'observation à son sommet. Utilisant peut-être une ancienne fortification abandonnée, la seigneurie épiscopale de Strasbourg a commencé, après 1249, la construction d'un château fort. Après plusieurs péripéties, le château fut assiégé en juin 1592 par les troupes de Cardinal de Lorraine; les occupants furent massacrés et le château incendié. Bien plus tard, en 1720, ses pierres seront utilisées pour construire la nouvelle route des diligences de la ligne Strasbourg-Saverne. 

Aujourd'hui, il ne reste qu'un ensemble de douves qui mériterait d'être mis en valeur. Les hauteurs du Kochersberg seront à nouveau utilisées pour la ligne du télégraphe optique de Chappe qui permettait, par temps clair, une transmission rapide de messages à grande distance. Paris était ainsi relié à Strasbourg pour une quarantaine de relais. L'un de ces relais était d'abord installé sur le Goeftberg en 1798, puis a été transplanté sur le Kochersberg en 1814. Il fonctionnera jusqu'en 1852. Aujourd'hui, une reconstruction stylisée en rappelle le souvenir. En Alsace, le Kochersberg est le seul exemple d'un château ayant donné son nom à une région. 

 

Église Saint-Rémy
L’abbaye de Marmoutier, la Fondation Honau et l’Evêché de Strasbourg ont participé à la construction de la première église du XIIe siècle. Jusqu’au XVIIIe siècle la paroisse de Neugartheim a été une annexe de celle de Willgottheim. En 1785 une partie de l’église a été agrandie et reconstruite à son emplacement initial. Le style extérieur, malgré la reconstruction de 1784, ressemble au style roman rural des églises du Moyen-Âge certes avec des fenêtres beaucoup plus grandes. La partie la plus ancienne se trouve au niveau de la tour et du chœur. L’église a été entièrement restaurée en 1994 et est inscrite à l’inventaire préliminaire des monuments historiques.

 

Ittlenheim


Ittlenheim d'hier
Le village d’Utilenchaime est cité dès 742. À partir de 1236, le lieu est détenu en coprpriété, à parts égales, par l'Empereur et l'Évêque de Strasbourg. La moitié impériale est inféodée en 1496 à la ville de Strasbourg jusqu'à la Révolution et rattachée au bailliage de Wasselonne. La moitié épiscopale fait partie du bailliage du Kochersberg. 

Ittlenheim est un des rares cas de villages disparus à la fin du Moyen-Âge, inhabité durant deux siècles et reconstruit plus tard. Sa disparition n'a aucun rapport avec la Guerre de Trente ans. Le village est encore habité en 1498 et il s'y trouve encore deux habitants en 1508. Sa disparition doit se situer autour de cette date et semble due à son abandon progressif par les habitants. Dès 1470, les paysans de Dossenheim, Fessenheim, Neugartheim et Schnersheim se mettent à exploiter le terroir.
En 1660, lors de la rédaction du livre terrier (Bannbuch), 7 corps de biens sont mentionnés, correspondant certainement à ce qui restait du village disparu. Le site est planté de noyers et il y subsiste un puits. 
En 1965, les coseigneurs du village mettent en demeure les habitants de Neugartheim de venir s'établir sur le banc d'Ittlenheim sous peine de perde la jouissance de leurs champs. En cas de refus, les coseigneurs feront venir des étrangers. 
En 1697, après des négociations difficiles, 9 paysans de Neugartheim démontent leurs maisons, granges, étables, et les reconstruisent à Ittlenheim à l'emplacement du village disparu.
En 1724, on compte 17 maisons, auxquelles s'ajoute celle du berger, l'école, la grange commune et l'église. C'est la bas du village actuel. 


Ittlenheim d'aujourd'hui
D'un point de vue religieux, au Moyen-Âge, Ittlenheim était une annexe de Dossenheim. Mais à la suite des divers procès, à partir de 1699, et pour des raisons de proximités, le village est rattaché à la cure de Neugartheim. La nef de l'église, agrémentée d'un puissant clocher-chœur date de 1715. L'église primitive aurait été dédiée à Saint Cyriaque et l'actuelle aux saints Philippe et Jacques. Une curiosité est la croix surplombant le pignon de l'église, qui est en fait le monument funéraire de Melchior Elbel, décédé en 1731. 

Le presbytère a été construit vers 1780. C'est le seul dans la région à posséder un étage réalisé en pans de bois (colombage). Une vaste cave dotée d'une voûte en briques rappelle le temps où un important vignoble recouvrait les collines des environs. Ittlenheim a fusionné avec Neugartheim en 1972. 

À la construction de l'école entre les deux villages en 1978, de la mairie et de la salle en 1994, s'est ajouté en 1990 la zone de loisirs d'un hectare comportant aire de jeux, étang de pêche et terrains de sports, fruit du bénévolat et du financement communal. Le tout constitue aujourd'hui la "nouvelle place du village".


Personnage célèbre
Aloyse Huber, né en 1815 à Ittlenheim, fils du cordonnier Joseph Huber et de Marie Elbel. Il monta à Paris et participa à la Révolution de 1830. Plus tard, il a tenté d'assassiner le roi Louis-Philippe. Condamné à la prison à vie, il fut gracié en 1848. Il est mort à Autun à l'âge de 50 ans. 

L'abbé Krauth. Plus récemment l'abbé Krauth a permis de donner à ce petit village une certaine notoriété, plus particulièrement dans les milieux d'Église, avec la création, dans les années 1980, du Foyer rural d'Ittlenheim. 

Église Saint-Philippe et Saint Jacques
Une première église fut construite en 1411 et dédiée à saint Cyriaque et elle fut reconstruite en 1715 et dédiée à saint Philippe et saint Jacques depuis 1758. L’église est du style du XVIIIe siècle : elle se distingue par ses quatre petits clochetons dans le toit à quatre pans de la tour abritant les quatre cadrans de l’horloge. Au haut du pignon de la nef est placé le crucifix de la pierre tombale de Melchior Elbel né vers 1659 en Suisse. À l’intersection des bras du crucifix se trouve une tête d’angelot ailé. En dessous de la croix une forme de cœur avec la date du décès de Melchior Elbel en 1731. Certaines pierres tombales dont celles de membres de la famille Elbel et d’un officier nous restent conservées.


Presbytère
Vers 1780 a été construit le presbytère qui est le seul de la région à posséder un étage dont la façade est faite en colombage. Une vaste cave dotée d’une voûte en briques rappelle le temps où un important vignoble recouvrait les collines des environs. Divers corps de fermes à colombages sont visibles autour de l’église dont une présente un masque d’épouvante. 
 

Communauté de communes du Kochersberg et de l'Ackerland
Le Trèfle, 32 rue des Romains - 67370 Truchtersheim
Tél : 03 88 69 76 29 - Fax : 03 88 69 73 10
Nous contacter