image pour impression
Samedi 18 Mai 2024

Mot clé souvent utilisé :
maison

Mot clé peu utilisé :
permanence

Mot clé moyennement utilisé :
déchets

Mot clé souvent utilisé :
patrimoine

Mot clé peu utilisé :
médiathèque

Mot clé peu utilisé :
d

Mot clé :
alsh

Mot clé moyennement utilisé :
ferme

Mot clé très utilisé :
marché public

Mot clé souvent utilisé :
actu

Mot clé :
commissions

Mot clé :
deuxième

Mot clé peu utilisé :
mediatheque

Mot clé :
vacances

Mot clé très utilisé :
plan

Mot clé :
terroir

Mot clé :
seniors

Mot clé :
population

Mot clé souvent utilisé :
truch

Mot clé moyennement utilisé :
déchetterie

Mot clé moyennement utilisé :
mairie

Mot clé peu utilisé :
manifestation

Mot clé :
calendrier

Mot clé :
garderie

Mot clé moyennement utilisé :
déchet
Vous êtes ici
Vous êtes ici :
» Accueil » Découvrir » Nos villages » Rumersheim / Ruemersche
Rumersheim / Ruemersche
montage photos rumersheim 01

Rumersheim est situé à l’intersection des routes menant de Mutzig à Brumath et de Vendenheim à Hochfelden. La première dénomination du lieu apparaît en l’an 736 sous la forme Rotmarsheim. Rumersheim devient chef-lieu de prévôté. Georges Ritleng a été un personnage très influent, connu dans tous le Kochersberg. Nommé maire en 1816, à 23 ans seulement, il a quitté cette fonction en 1876, soit 60 ans plus tard. 
Les villages de Rumersheim, Reitwiller, Gimbrett et Berstett ont fusionné en 1972 dans le cadre de la loi Marcelin, pour devenir la commune de Berstett. Il faudrait parler d'une association plutôt que d'une fusion, car chaque village a gardé son identité, possède une mairie annexe et est géré par un maire délégué. Cette fusion a permis la mutualisation des moyens pour plus d'efficacité et un gain économique. Il faut signaler à ce propos que le village de Rumersheim a été le premier de l'ancien canton de Truchtersheim à fusionner. Il est aussi le seul village historiquement catholique de la commune fusionnée. 
Quatre lotissements ont été créés, la population est passée de 300 habitants en 2000 à pratiquement 500 à ce jour. Par ailleurs, il y avait une trentaine d'agriculteurs, ceux-ci ne sont plus que 11, dont 10 double actifs. En 2020, Anne Jost a été élue maire déléguée de Rumersheim et Jean-Claude Lasthaus réélu maire de la commune de Berstett. 

 

Au fil des époques…

La première dénomination du lieu apparaît en 737 sous la forme de "Rotmarshaim". L’abbaye de Murbach possédait en 737 des biens à "Rotmarsheim - Rutmarisheim". Au XIIe siècle, ce sont celles de Marmoutier et du Sindelsberg qui en avaient à "Rumeresheim". Rumersheim était rattaché au chapitre rural d’Haguenau. En 1454 le village est le siège d’un rectorat. En 1476 les archives paroissiales nous révèlent le nom de "Romersheim". Rumersheim est un ancien village "impérial" (Reichsdorf) rattaché au grand bailliage de Haguenau à partir du XIIIe siècle jusqu’à la Révolution. En 1752, Rumersheim devint chef-lieu de prévôté. Un certain Hans von Rumersheim aurait été, vers 1236, le premier maître de la fondation d’un établissement à Stephansfeld, dans lequel étaient accueillis et élevés des orphelins et des enfants trouvés. À l’entrée du village se trouvait un castel, occupé par Jacques Rodolphe Wetzel qui, après son décès en 1706, a eu le privilège d’être enterré dans l’église. Les derniers occupants de ce bâtiment fortifié furent les seigneurs d’Oberkirch et de Colomme, échevins de la ville d’Haguenau.

 

Curiosités

Georges Ritleng (1793-1882) cultivateur et maire de Rumersheim était très influent dans le Kochersberg et sa fille a ouvert le bal avec l’empereur Napoléon III lors de sa venue à Strasbourg et s’est fait offrir une bague.


Fait marquant

Le grand-père d'Anne Jost a été déclaré mort deux fois, la première fois à la guerre, une tombe a été ouverte au cimetière du village. Ce soldat, Victor Grasser est rentré et à vécu à Rumersheim. Lors de sa mort (2) il a été enterré dans cette même tombe. 


Des médaillés nationaux

Anne Jost, maire déléguée, a été championne nationale de tir sportif. Eric Burger, fils de l'ancien maire Joseph Burger a été nommé champion de France de labour en planches en 2024 et champion de France de labour à plat en 2013.

018-Rumersheim-Catherine Theulin BDÉglise Saint-Georges et Saint Wendelin

Rumersheim est le seul village historiquement catholique de la commune fusionnée. L’église Saint-Georges date de 1878 et comporte, sur le côté, un curieux clocheton en bois ouvragé.
Les vitraux du XIXe siècle furent réalisés par les Frères Ott de Strasbourg et offerts par divers donateurs dont le nom est inscrit au bas du vitrail. À l’entrée qui se situe au niveau de la tour, sont placées deux plaques commémoratives d’un côté relatives à l’achat du village par l’empereur Ferdinand 1er en 1558 et de l’autre côté celle du curé réfractaire Scheck mort emprisonné à Strasbourg en 1798.
L'orgue est l’œuvre de Joseph Stiehr, de Seltz, en 1842. En 1976, le facteur d’orgue Steinmetz supprime la console indépendante dirigée vers l’autel et la remplace par une console latérale en fenêtre, et déplace l’orgue sur le côté de la tribune. Site de l’Inventaire Général du Patrimoine Mérimée, Palissy - Ministère de la Culture.
La paroisse vénère aussi Saint Wendelin depuis son transfert de la chapelle de Nieffern à Rumersheim, une statue récupérée auprès d'un antiquaire. Sur la place, un tilleul tombé en 1949 suite à un orage, a été replanté en 1951, c'est l'arbre de la Liberté.

 

Autres

Deux reconstitutions de puits à balanciers ornent la commune. Sur la route vers Mittelhausen se trouve un banc reposoir de 1854 en l’honneur de l’impératrice Eugénie de Montijio épouse de Napoléon III. Les houblonnières font partie intégrante du paysage qui entoure la localité. Formant une structure haute de huit mètres, elles supportent jusqu’à trois tonnes de câbles à l’hectare. Plante pérenne, le houblon pousse, au printemps, le long des fils de fer tendus à partir de la racine. Seuls les cônes très légers sont récoltés en septembre, puis séchés et vendus à une coopérative. La poudre de lupuline est utilisée par les brasseries et donne l’arôme à la bière.

Le puits communal

Les premiers puits creusés dateraient de l'an 1600. Au début, dans le village il n'existait qu'un puits communal et les habitants devaient chercher l'eau à ce seul puits, mais les cultivateurs ont fait creuser un ou plusieurs puits au sein de leur ferme. Le puits à balancier rappelle cette période de la fin du Moyen-Âge. Le mécanisme du balancier a été remplacé au début du 20e siècle par l'invention de la pompe en acier. 


Calvaires et croix rurales

Sur le ban communal, sont implantées des croix rurales dans différentes directions de villages, vers Berstett, vers Mittelhausen, vers Reitwiller, les plus anciennes datant de 1692. La croix de mission de 1726, devant l'église, est protégée par un petit toit avec au-dessus l'inscription INRI. Sur celle-ci le christ ne porte pas la couronne d'épines traditionnelle, et ses yeux fermés nous indiquent qu'il est mort. Par contre, à la sortie vers Reitwiller, sur le calvaire de 1866, le corps du Christ de petite dimension, est vivant, il incline légèrement sa tête vers la droite avec les yeux levés vers le ciel. Au lieu-dit Auf dem Rain an der Ringelgass se trouve une des croix rurales à niche datant de 1692. Elle est surmontée d'un cœur à volutes avec des croix gravées.

 

Le banc de Rome

En 1811, le préfet du Bas-Rhin a demandé aux maires d'ériger des bancs le long des routes avec 4 à 5 arbres à l'arrière pour permettre aux voyageurs de se reposer et de se mettre à l'ombre. Peu de villages ont répondu, mais une nouvelle directive en 1854 a eu plus de succès. Le banc de Rumersheim date de cette année, selon l'inscription qui y est sculptée. Il se trouve direction Reitwiller. Ces reposoirs devaient être installés pour les fêtes marquant la naissance du roi de Rome, d'où le nom de ces bancs. 

Un fleurissement unique 

Le village de Rumersheim a été le premier à obtenir une 3e fleur en 2012, une fleur supplémentaire qui a récompensé les années de travail de nombreux bénévoles. Jospeh Burger, le maire en poste lors de cette distinction en était heureux et fier. Très engagés, les habitants fleurissent leurs belles fermes alsaciennes, dont la quasi-totalité se situe dans l'artère principale. En 2022, le jury du concours des maisons fleuries, a décerné le 1er prix à la ferme Adam dans le village. 

Architecture Alsacienne

Les grandes fermes sont disposées le long de la rue Principale.

montage photos rumersheim 02

Crédits photos : Catherine THEULIN – Contrast photography

Communauté de communes du Kochersberg et de l'Ackerland
Le Trèfle, 32 rue des Romains - 67370 Truchtersheim
Tél : 03 88 69 76 29 - Fax : 03 88 69 73 10
Nous contacter