image pour impression
Lundi 18 Juin 2018

Mot clé :
seniors

Mot clé souvent utilisé :
maison

Mot clé peu utilisé :
ferme

Mot clé très utilisé :
marché public

Mot clé très utilisé :
m

Mot clé moyennement utilisé :
déchetterie

Mot clé moyennement utilisé :
déchets

Mot clé moyennement utilisé :
mairie

Mot clé :
garderie

Mot clé :
vacances

Mot clé :
population

Mot clé :
calendrier

Mot clé souvent utilisé :
plan

Mot clé souvent utilisé :
actu

Mot clé moyennement utilisé :
truch

Mot clé moyennement utilisé :
manifestation

Mot clé peu utilisé :
déchet

Mot clé peu utilisé :
mediatheque

Mot clé :
commissions

Mot clé :
deuxième

Mot clé souvent utilisé :
patrimoine

Mot clé peu utilisé :
médiathèque

Mot clé :
terroir

Mot clé peu utilisé :
permanence

Mot clé :
alsh
Gougenheim / Goene

Les armes de Gougenheimse blasonnent
"D'or à la face de gueules chargée d'une fleur de lys d'argent".

Tous les chemins mènent à Gimbrett, situé au nord-ouest de Strasbourg, au pied du Galgenberg (286 m) dont les flancs sont couverts d'un vignoble qui bénéficie de l'Appellation d'Origine Contrôlée.

 

Gougenheim est un petit village au nord-ouest du Kochersberg situé à flan du Galgenberg (colline située à l’est du village) à 25 km de Strasbourg et à l’écart des grandes routes. En 1972 la commune de Gougenheim avait fusionné avec celle de Rohr mais ces deux communes se sont à nouveau séparées en 1985.


Origine du nom
Du gaulois "gug", marécage et du germanique "heim", demeure. 

En Alsacien : Göne
Sobriquet : d'Altgeschide (les petits malins). 

 

Au fil des époques…
Le nom du village apparaît, pour la première fois, en l'an 820. Mais c'est le Moyen-Âge qui donna sa notoriété à cette localité située à l'écart des grandes routes. Village fortifié, Gougenheim est devenu, en 1474, le chef-lieu du bailliage du Kochersberg qui relevait du prince-évêque de Strasbourg. C'est là que siégeait le tribunal épiscopal où œuvrait le bourreau du baillage. 

Aujourd’hui encore, à l’entrée d’une cour, on peut voir, gravé sur un pilier à bulbe, l’emblème de cet exécuteur des hautes et basses œuvres qui exerçait son métier sur une hauteur appelée Galgenberg, ce qui veut dire la colline de la potence. La maison du bourreau devait toujours se trouver à l’extérieur du village; celle de Gougenheim a été démolie en 1976. Le dernier bourreau de Gougenheim, fils de bourreau, avait épousé une fille du bourreau de Sarrebourg, c’était la règle; il est mort le 18 juin 1808. Depuis la Révolution, Gougenheim fait partie du canton de Truchtersheim. 

Gougenheim, durant la seconde guerre mondiale a abrité à partir de 1942 un camp de travail pour 36 jeunes filles allemandes et alsaciennes âgées de 18 à 20 ans (Arbeitsdienst ou RAD) situé à l’entrée ouest du village vers la route de Strasbourg. Elles y venaient pour 6 mois pour aider dans les familles et les fermes des environs. Le programme journalier était : réveil à 6 heures; douche, habillage, salut au drapeau; petit déjeuner suivi de la répartition des tâches pour la journée; 9 heures départ dans les familles; retour au camp vers 18 heures; après le souper, Reichskunde; tout en écoutant les informations à la radio, Frau Holle indiquait sur une carte les régions concernées et ajoutait quelques explications. Souvent après ces 6 mois, elles furent affectées au "Kriegshilfdienst" (service d’aide en temps de guerre) ou durent travailler dans les usines d’armement. Fin 1944 les Américains ont occupé les baraquements et à partir du 11 mai 1945 une trentaine de prisonniers allemands se retrouvaient dans la baraque de la Direction. De tout l’ensemble, il ne reste à cet endroit qu’une cave, partie intégrante de l’actuelle maison Schmitt/Becker. 

 

Découverte du village
Deux parcours pédagogiques permettent de découvrir le village et sa forêt. Le parcours villageois raconte l'histoire de Gougenheim, l'architecture locale, la vie à la campagne au siècle passé avec ses métiers disparus et ses traditions. Le parcours sylvicole permet de faire découvrir le rôle que jouait la forêt dans la vie quotidienne des villageois avec la mise en scène des pratiques forestières d'autrefois et des pratiques actuelles. 

 

Anecdote
Par la suite d'une ruse de guerre, lors de la bataille qui a opposé le duc de Souabe, Conrad, à l'évêque de Strasbourg, en 1130, l'angélus de midi est sonné à 11h00 du matin.

À l'ancien lavoir, devenu enclos de réintroduction de la cigogne en Alsace, les cigognes, voire les cigogneaux, se laissent photographier à l'envi…

 

Église médiévale
L'église médiévale n'existe plus, sauf pour la partie inférieure du clocher encore décorée d'arcatures romanes date du XIe début XIIe siècle. Le mobilier de l’église date du XIXe siècle. Quelques statues polychromes sont exposées dont : saint Christophe, saint Martin en uniforme romain.  Les vitraux sont réalisés en 1911 par les frères Ott de Strasbourg. Dans le cimetière qui entoure l’édifice, sont conservées de belles stèles funéraires de styles différents. Le mécanisme de l’ancienne horloge fut réinstallé dans la salle du Conseil Municipal.

 

Chapelle Saint-Laurent
À l'extérieur du village, sur une petite hauteur, se trouve la petite chapelle Saint-Laurent. Saint Laurent, diacre et martyr romain, patron des pauvres, invoqué pour guérir les maladies de la peau notamment des abcès et des eczémas à cause des douleurs dont lui-même dut souffrir au niveau de sa peau parce qu’il fut supplicié, fouetté avec des verges, puis on lui administra un labourage des côtes au fer rouge, enfin il fut étendu nu sur le gril sous lequel les bourreaux entassèrent des charbons ardents en 258. Les pèlerins nettoyaient la chapelle avec un balai qu’ils accrochaient ensuite au mur de la chapelle comme offrande. Son clocheton en bois à forme bulbaire est surmonté de la date de 1524 et d'un curieux coq aux pattes écartées. Près de la chapelle, se dresse un calvaire sculpté de façon très naïve. La représentation d'un crâne sous les pieds du crucifié se réfère à une ancienne tradition qui voulait que le corps d'Adam, premier homme du paradis, fût enterré sous la croix du Christ. 

 

Forêt privée
Gougenheim peut se prévaloir d'être la seule commune du Kochersberg à posséder une forêt privée. À la Révolution, la forêt a été partagée en quatre parties et chacun des 61 foyers s'est vu attribuer un lot dans chacune des 4 sections.

 

Fermes de Gougenheim
En passant devant les belles façades des fermes de Gougenheim, on peut observer un détail architectural intéressant. Certaines cheminées sont pourvues d’une mitre. Formé de morceaux de briques et de tuiles plates, ce dispositif empêche la pluie ou la neige de tomber dans le conduit de fumée. En garnissant cette mitre de boules, de pointes ou de cœurs, les artisans du bâtiment ont profité de l’occasion pour en faire un élément du décor de la maison. Au plan administratif, la commune de Gougenheim a fusionné, en 1972, avec celle de Rohr, mais la défusion est intervenue dès 1985.

 

Presbytère
Le presbytère est un bâtiment remarquable du village avec son toit à deux greniers.

 

Château de Gougenheim
Le château de Gougenheim est évoqué  de nombreuses fois dans divers documents, mais il n'existe semble-t-il aucun document, descriptif ou plan, indiquant son emplacement ou son importance. En 1629 le château existait encore. Il semble que le château n'a plus été cité après la guerre de 30 ans. On peut donc se demander s'il n'a pas été détruit durant cette guerre, peut-être en 1639 lors de la destruction quasi totale du village par les Suédois. Il a peut-être été remplacé comme siège du bailliage, par l'ancien presbytère de Gougenheim situé rue des Seigneurs. Ce bâtiment a été probablement construit à partir de 1641, soit deux ans après la destruction du village. 

Communauté de communes du Kochersberg et de l'Ackerland
Le Trèfle, 32 rue des Romains - 67370 Truchtersheim
Tél : 03 88 69 76 29 - Fax : 03 88 69 73 10
Nous contacter