image pour impression
Lundi 19 Novembre 2018

Mot clé souvent utilisé :
plan

Mot clé :
seniors

Mot clé peu utilisé :
médiathèque

Mot clé peu utilisé :
ferme

Mot clé :
vacances

Mot clé très utilisé :
marché public

Mot clé :
calendrier

Mot clé moyennement utilisé :
déchet

Mot clé peu utilisé :
mediatheque

Mot clé peu utilisé :
permanence

Mot clé souvent utilisé :
maison

Mot clé moyennement utilisé :
déchetterie

Mot clé souvent utilisé :
actu

Mot clé :
commissions

Mot clé :
garderie

Mot clé moyennement utilisé :
mairie

Mot clé moyennement utilisé :
déchets

Mot clé :
terroir

Mot clé souvent utilisé :
patrimoine

Mot clé très utilisé :
m

Mot clé :
deuxième

Mot clé :
alsh

Mot clé peu utilisé :
manifestation

Mot clé :
population

Mot clé moyennement utilisé :
truch
Dingsheim / Dingse

blason de Dingsheim

Les armes de Dingsheim se blasonnent
"D'azur aux deux lions affrontés d'or, lampassés de gueules".

 

Aux portes de Strasbourg, à seulement 8 km à vol d'oiseau de la Place Kleber, Dingsheim a connu, à l'instar d'autres villages du Kochersberg, une importante mutation ces dernières décennies.


Au fil des époques…
Des fonds de cabanes sur pilotis trouvés dans le vallon de la Souffel attestent une occupation très ancienne du site. Les Gaulois ont laissé les traces de leur passage dans le nom même de la localité. En effet, le préfixe Dings viendrait du mot celte Dunum qui signifie butte, hauteur sacrée.

En 357 de notre ère, au cours d’une célèbre bataille près des arches de l’aqueduc qui traversait la proche vallée de la Musau, l’armée romaine de Julien l’Apostat a repoussé les Alamans au-delà du Rhin. La configuration du ban rappelle encore la centuriation romaine.

À l’époque mérovingienne, alors que le village est connu sous la dénomination de Tunchinasheim, a été construit un important mur de soutènement de l’église; des vases ont été trouvés dans des sarcophages.

La Guerre de Trente Ans a ravagé le village et décimé la population, ce qui a obligé les autorités seigneuriales à faire appel à l’immigration. Beaucoup de ces nouveaux habitants sont arrivés de Bavière. Les villageois ont ainsi reçu et gardé le sobriquet de Bayere, c’est-à-dire les Bavarois.

Durant la Révolution française de 1789, notamment lors des persécutions religieuses, le curé Munschina a mené une forte résistance contre les idées nouvelles; pour éviter l’arrestation et la mort, il a dû partir en exil et se réfugier de l’autre côté du Rhin, tout en soutenant la foi et le courage de ses paroissiens.

Entre 1824 et 1852, une station du télégraphe optique Chappe a fonctionné à l’ouest du village, assurant ainsi le lien entre le relais de la cathédrale de Strasbourg et celui de Neugartheim. Ce système a permis de réaliser des liaisons, rapides pour l’époque, entre Strasbourg et Paris.

 

Maison "modulor"
Entre 1968 et 1975, la création du lotissement "Le Parc" (225 maisons) par la "Soprex", a triplé la population villageoise, la faisant passer de 430 à 1274 habitants. Cette opération a marqué le début d'une région traditionnellement agricole.

L'architecte parisien M. Présenté, adepte de Le Corbusier, a créé cinq types de maisons, qui ont toutes en commun le "modulor" (appellation déposée, contraction de "module" et de "nombre d'or", concept cher à Le Corbusier), c'est à dire un module en béton encadrant les baies vitrées. Ces constructions de plain-pied, sans cave et dont tous les réseaux étaient enterrés, étaient particulièrement inhabituelle et avant-gardistes à cette époque. L'ensemble des rues de ce lotissement portent le nom de réalisations de Le Corbusier, Ronchamp, la Cité radieuse, Arbresle…). 

 

Famille célèbre
Les lions sur le blason de la commune rappellent les armoiries d'une ancienne famille noble, dite de Dingsheim.

 

Église Saint-Kilian
Au centre du village, se dresse l'église Saint-Kilian qui a été magnifiquement restaurée. L'ancienne église est partiellement détruite par un incendie en 1830. Les bâtisseurs du XIXe siècle reprennent l'emplacement initial du lieu de culte, sur une hauteur des premiers contrforts du Kochersberg. Le chœur est reconstruit en 1857. La cuve baptismale date de 1631.

L’église est équipée d’un bel orgue sur tribune dont seul reste le buffet de Johann Georg Rohrer de 1762 situé à l’origine à l’église de Marlenheim. Probablement c’est la Maison Stiehr et Mockers qui transféra l’instrument à Dingsheim en 1842. Roethinger, en 1912, ne conserva aucun tuyau d’origine. Gaston Kern construisit un instrument neuf en 1990 toutefois dans le buffet de Roethinger.

 

Architecture Alsacienne
De belles maisons alsaciennes et des corps de ferme à colombages se trouvent au centre des deux villages et témoignent d’une prospérité passée. Côté vieux village, on peut admirer quelques grandes fermes à l'architecture typique, telle la ferme Burger au 1 rue Haute. Cette grande ferme, agrandie en 1840, témoigne du savoir-faire des charpentiers du XVIIIe siècle et comporte des pans de bois disposés de manière régulière ainsi qu'un balcon à balustres. Les dépendances s'ordonnent autour de la cour qui est fermée par un portail dont l'ouverture a été rehaussée pour faciliter le passage des chariots chargés de foin ou de paille. Le portillon est surmonté d'une statuette de la Vierge en signe de protection. 

 

Sources : Cocoriko, Ami Hebdo, le patrimoine des communes du Bas-Rhin (éditions Flohic)

Communauté de communes du Kochersberg et de l'Ackerland
Le Trèfle, 32 rue des Romains - 67370 Truchtersheim
Tél : 03 88 69 76 29 - Fax : 03 88 69 73 10
Nous contacter