image pour impression
Mercredi 18 Juillet 2018

Mot clé :
terroir

Mot clé peu utilisé :
déchet

Mot clé :
population

Mot clé :
vacances

Mot clé moyennement utilisé :
mairie

Mot clé moyennement utilisé :
déchetterie

Mot clé souvent utilisé :
actu

Mot clé peu utilisé :
médiathèque

Mot clé :
commissions

Mot clé peu utilisé :
ferme

Mot clé moyennement utilisé :
manifestation

Mot clé souvent utilisé :
maison

Mot clé peu utilisé :
permanence

Mot clé :
alsh

Mot clé souvent utilisé :
plan

Mot clé très utilisé :
marché public

Mot clé :
calendrier

Mot clé :
deuxième

Mot clé moyennement utilisé :
déchets

Mot clé très utilisé :
m

Mot clé :
seniors

Mot clé souvent utilisé :
patrimoine

Mot clé moyennement utilisé :
truch

Mot clé :
garderie

Mot clé peu utilisé :
mediatheque
Des femmes et des coiffes

exposition de coiffes

La Maison du Kochersberg a présenté une collection particulièrement riche et variée, consacrée à un élément essentiel du costume féminin connu sous des appellations diverses : bonnets, coiffes, rubans et autres fichus. 

 

Une coiffe pour protéger

Par nécessité, les femmes couvrent leur tête pour protéger leur chevelure contre les poussières et autres éléments salissants. La coiffe sert aussi à protéger du froid (ex : les coiffes en piqué). Enfin, jadis, dans les milieux bourgeois, une peau bronzée par le soleil n’était pas "à la mode" ; pour garder une peau de pêche et un teint de lait, les dames et demoiselles portaient des couvre chefs très protecteurs, les chapeaux recouvrant même les coiffes.

 

Une coiffe pour cacher

La tradition est ancienne. Déjà, dans l'Antiquité, des édits royaux ordonnent que "les femmes mariées qui sortent dans la rue n'auront pas la tête découverte". La coiffure, insigne de soumission ? Déjà en l’an 213, la jeune Église chrétienne ordonne : "Il faut voiler nos vierges dès qu'elles sortent de l'enfance". Une prescription reprise dans le Coran : "Prescris à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants un voile sur le visage", ce voile étant "la marque de leur vertu et un frein contre les propos des hommes". C’est ainsi que, par une sorte de pudeur que l’on retrouve dans toutes les régions de France, la chevelure sera donc cachée par un petit bonnet de toile ou par son héritière, une coiffe plus ou moins ornée, de toile, de soie ou de dentelle

 

Une coiffe pour montrer son appartenance

Noeud à armature, région du Kochersberg

C’est particulièrement vrai dans le Kochersberg où la Schluppfkàp témoigne de l’appartenance à une aire géographique et à une identité religieuse. Les jeunes filles protestantes portent des noeuds noirs dont les pans retombent au niveau des épaules, tandis que les jeunes filles catholiques utilisent des rubans de couleur ou écossais, à motifs de fleurs ou joliment brodés.

La  Schlupfkàppfierté des paysannes du Kochersberg
Tout au long des années 1800 dans le Kochersberg, le ruban ne cesse de croître. Sa largeur de 20 cm environ en 1860, passe à 27 cm vers 1890 et peut atteindre 1 m en 1900 ! A partir des années 1860, le nœud ne sera plus noué mais plissé, puis redressé et façonné en plis solaires. Ces coiffes hautes et larges offraient un spectacle pittoresque lors des réunions familiales, gênaient la visibilité, permettaient une prise au vent et empêchaient les parapluies de s’ouvrir.

 

Une coiffe pour séduire

Grâce à ses cheveux, la femme dispose d’une véritable parure naturelle. Puisque la religion ou les codes sociaux lui imposaient de cacher sa chevelure, elle va détourner cette interdiction. Elle acceptera de cacher ses cheveux jour et nuit sous un bonnet ou sous une coiffe, mais à condition de pouvoir orner et décorer cet élément vestimentaire qui lui confère un pouvoir de séduction.

 

Retour

Communauté de communes du Kochersberg et de l'Ackerland
Le Trèfle, 32 rue des Romains - 67370 Truchtersheim
Tél : 03 88 69 76 29 - Fax : 03 88 69 73 10
Nous contacter